Pityriasis rosé de Gibert

Ce quʼil faut savoir

Le pityriasis rosé, décrit par Gibert en 1860, est une dermatose fréquente, bénigne, transitoire, qui atteint surtout les adultes jeunes.
Son étiologie est inconnue. On pense qu’il s’agit d’une affection virale, mais sans argument bien probant.

Le pityriasis rosé semble plus fréquent au printemps et à l’automne. Il guérit spontanément sans séquelle, et ne récidive qu’exceptionnellement. Aucune complication n’est connue.

Ce quʼil faut faire

Poser le diagnostic, par le seul examen clinique

Le pityrisasis rosé comporte deux types de lésions :

  • –  Le médaillon initial, qui siège sur le tronc ou la racine d’un membre. C’est une plaque annulaire rosée de 4 à 6 cm de diamètre, arrondie en forme d’anneau, finement squameuse.
  • –  Une éruption disséminée qui apparaît quelques jours plus tard. Elle atteint surtout le tronc et les racines des membres, parfois le cou et plus rarement le visage ou l’extrémité des membres. Elle est faite de petites macules rosées, parfois très finement squameuses, parfois annulaires.

    Il n’y a pas de prurit (ou un prurit très modéré), ni aucun autre signe, pas de fièvre.

    Ne pas confondre avec une mycose

    Lorsque le médaillon et l’éruption seconde sont présents, le diagnostic est facile. Les formes atypiques peuvent faire discuter :

  • –  en cas de médaillon isolé, une dermatophytie ;
  • –  en cas dʼéruption seconde infiltrée, sans médaillon initial clairement retrouvé, une syphilis secondaire ;
  • –  parfois, des eczématides, un psoriasis ou un psoriasis en petites plaques.

    En pratique, le risque principal que courent les patients est un faux diagnostic de mycose, suivi d’un traitement au mieux superflu. On rappelle à cette occasion qu’il ne faut pas débuter de traitement antifongique, surtout oral, sans preuve mycologique.

  1. Ce quʼil faut dire

    Tout va guérir tout seul, aucun traitement nʼest nécessaire.
    D’ailleurs, il n’y a pas de traitement efficace.
    En cas de prurit ou chez les patients qui vivent mal l’existence des lésions, une corticothérapie locale peu intense (niveau II ou III) peut atténuer les symptômes.

One thought on “Pityriasis rosé de Gibert

  1. Pingback: Prozac: information leaflets update | myHealthbox Blog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s